Yoga & Ayurveda en Inde, mon expérience : # Partie 1 !

Je suis rentrée d’Inde le 4 août 2018, on est aujourd’hui le … 26 ! J’ai reporté, reporté et reporté encore l’écriture de ce premier article, et je ne comprenais pas pourquoi. Comme d’habitude, je me jugeais “Mais tu es fainéante, tu devrais avoir déjà rédigé au moins 3 articles ” ! “Mais tu fous quoi, arrête de traîner et écris ton article !” … On est toujours son pire ennemi, et on ne se fout jamais la paix … Dans tous les cas, j’ai enfin compris aujourd’hui ce qui me faisait traîner. J’avais besoin de digérer. Penser à autre chose, passer à autre chose, reprendre les rennes de ma vie; je suis quand même partie déménager à l’autre bout du monde 4 jours après mon retour en Inde : Donc recherche de logement, découverte de la ville, ascenseur émotionnel, enfin vous connaissez tout ça 😉 ! D’autant que pour compliquer la situation, je déménageais depuis la Côte d’Ivoire, en passant seulement quelques jours en France après mon voyage en Inde, pour atterrir … au Canada ! Ça en fait des mouvements (du vata …), il est temps de se poser maintenant. Et de tout vous raconter 😉

Inde Himalaya yoga

Balade dans l’Himalaya, juillet 2018

Pour vous situer : Je suis partie dans le nord de l’Inde, à Rishikesh, une ville au pied de l’Himalaya et traversée par le Gange. Ville “sacrée”, elle est un lieu de pèlerinage pour les hindous mais également les occidentaux, grâce à ses nombreux ashrams et centres de formation yoga et ayurveda. Elle a été rendue célèbre notamment en 1968 par … les Beatles ! Ils sont allés apprendre la méditation transcendantale avec le maître spirituel Maharishi Mahesh.

pont rishikesh gange

Laxman Jhula, pont suspendu – (Gange) Rishikesh, juillet 2018

beatles ashram rishikesh yoga

Beatles’ Ashram, Rishikesh, juillet 2018

beatles look

Beatles’ Ashram, Rishikesh, juillet 2018

yoga beatles ahsram

Beatles’ Ashram, Rishikesh, juillet 2018

Pour ma part, j’ai choisi le centre Ayuskama, recommandé par Camilla du blog Paint it Green. Pourquoi cette formation ? Car je voulais apprendre autant le yoga que l’ayurveda. Et même si je savais que l’idéal aurait été de faire un mois de chaque, je n’avais ni le temps ni les ressources nécessaires. Et c’est l’une des seules (voire, il me semble, la seule à Rishikesh) école qui proposait cette formation intensive en 1 mois, de yoga et ayurveda combinés.

ville rishikesh yoga

Pourquoi est-ce que je suis allée faire une formation de professeur de yoga ? Et l’ayurveda ?

La grande question ! Pour ma part, je ne suis pas allée faire cette formation pour devenir professeur de yoga. Enfin… si, mais c’est pas pour tout de suite ! J’avais un niveau débutant, j’allais à quelques cours par ci par là (quand j’ai commencé à vouloir pratiquer le yoga, je me suis mise à déménager sans cesse pour le travail …), je faisais parfois des cours en ligne (Bientôt un article sur mes chaînes yoga préférées ?), mais jamais de manière régulière. Je commençais à vraiment aimer, ressentir les bienfaits, vouloir creuser et aller plus loin. Mais, petit hic : J’ai quelques problèmes et tensions musculaires qui se sont accumulées depuis ces dernières années, et faire du yoga toute seule, sans en avoir une connaissance approfondie, ne me convenait pas. Je me suis fait mal plusieurs fois, j’ai abandonné, recommencé, beaucoup râlé… Enfin, il était temps de faire les choses correctement. Je voulais passer 1 mois à me lever tous les jours à la même heure, avoir des cours obligatoires par des professeurs expérimentés, avec des cours théoriques poussés sur la philosophie yogi, les postures, les contre indications… Je voulais aller loin, toujours plus loin dans la théorie et la pratique, avant de continuer à progresser par moi même.

formation yoga rishikesh

Quant à l’ayurveda, cela faisait plusieurs années que je commençais à être vraiment passionnée, et après de nombreuses lectures, 2 consultations ayurvediques (une avec Cécile du Palais Savant et une avec un Dr Ayurvedique à Art de Vivre Paris) et une envie brûlante d’en savoir plus, j’ai décidé de me former ! Si vous ne savez pas de quoi on parle, rendez-vous ici ! (C’est l’article que j’ai écrit pour présenter l’ayurveda !)

La formation que j’ai choisie est celle-ci : 200 heures, Yoga & Ayurveda Teacher Training. Je vous décris le planning de la journée, sachant que le seul jour de repos était le dimanche.

6.30 à 8.00 : Hatha Yoga

8.00 à 9.00 : Pranayama (de lundi à jeudi) et yogi cleansing (vendredi et samedi)

9.00 à 10.00 : Petit-déjeuner (enfiiiiiiiin, et quand il arrive celui-là, c’est la JOIE !!)

10.00 à 11.00 :  Anatomie ayurvedique (de lundi à jeudi)

11.00 à 12.00 : Philosophie yogi

12.00 à 13.00 : Méditation (autant vous dire que là, le ventre crie famine, c’est vraiment pas évident !)

13.00 à 15.00 : Repas et temps libre (possibilité de faire des soins ayurvediques !)

15.00 à 17.00 : Ayurveda

17.30 à 18.30 : Yoga – alignement postural

19.00 : Repas

Vous pouvez donc voir que le planning était chargé, surtout sachant qu’on avait énormément de cours à apprendre ! En ayurveda, on apprenait tellement de concepts, et à tout ça s’ajoutaient les nombreux cours de philosophie sur les différents types de yoga, leurs origines, leurs concepts … Et si on rajoute par dessus le challenge physique des cours de yoga quotidiens où on nous poussait toujours plus loin (en force et souplesse), les séances de pranayama et de méditation où toutes les émotions enfouies peuvent ressortir … On passe l’un des mois les plus intense et passionnant de sa vie ! J’ai envie de vous raconter mon expérience, mes impressions, et surtout d’être honnête avec vous. Il ne s’agit pas de poster des magnifiques photos “instagrammables”  au pied de l’Himalaya… Je vais être honnête sur ma formation, ce qui allait, ce qui n’allait pas, ce qui s’est bien passé, ce qui a été difficile. Et ce que j’en ai retiré à la fin. On va commencer par le début :

Ma première semaine à Rishikesh
yoga duo à rishikesh

Je n’ai qu’un mot approprié pour décrire cette première semaine : INTENSE. Je suis passée par des hauts et des bas, de la satisfaction personnelle, de la colère, des blessures, des pleurs, des doutes et des rires. Beaucoup d’émotions, le yoyo, beaucoup de nouveaux concepts à intégrer et de travail sur soi. Dans le fond, j’étais vraiment contente de ma première semaine, même si j’ai été déçue. Déçue de ne pas progresser aussi vite que j’aurais voulu (en souplesse), de ne pas arriver à m’ancrer autant que je l’aurais souhaité en méditation et de laisser trop souvent mon esprit aller de partout. Déçue de ne pas arriver à profiter du moment présent et d’être dans des questionnements intérieurs incessants.

La première semaine est difficile : on prend ses marques, on apprend à connaître les gens, les professeurs, le centre, et on commence déjà à stresser pour l’examen final en voyant la charge de travail ! Mais c’est également très envoutant, au bout de quelques jours on commence à vraiment comprendre les concepts de base en ayurveda, et on a très envie d’en savoir plus et d’écouter le professeur nous donner la vision ayurvedique de bien de maladies connues.

Les cours de méditation étaient pour moi un vrai challenge ! J’avais déjà pratiqué la méditation seule (retrouvez mon experience ici) !, mais la pratiquer aussi longtemps (1 heure par jour, juste avant le repas …), était vraiment difficile. Surtout parce qu’avec tous les cours théoriques qu’on avait, assis dans une salle de cours, on avait qu’une envie c’était de marcher, se balader, découvrir les montagnes, mais non … On devait s’assoir et tenter de se concentrer pour ne pas laisser son esprit vagabonder.

professeur yoga rishikesh

Mon professeur de yoga, Satpal Rawat

Ce que j’ai adoré la première semaine, ce sont les cours de yoga : ça me faisait un bien fou de me réveiller avec 1H30 en intensif, chaque jour ! J’ai découvert des muscles que je pensais inexistants, des ressources que je ne pensais pas avoir, et cette heure et demi matinale (à jeun) me laissait vraiment dans une sorte d’euphorie. J’ai a-do-ré l’approche du professeur, sa manière de nous enseigner les postures : il ne nous laissait jamais effectuer un mauvais mouvement, il nous corrigeait systématiquement, même s’il devait passer 15 minutes à nous montrer différentes manières pour travailler la posture (avec les sangles, les blocs, les coussins …). C’est parfois frustrant car lorsque l’on effectue mal une posture, on peut avoir l’impression d’être plus doué que l’on ne l’est vraiment, et en corrigeant sa posture on peut avoir la sensation de régresser ! Mais c’est positif car on travaille alors vraiment, et de manière correcte. Exemple sur cette petite photo prise quelques mois avant ma formation :

Asana triange Côte d'Ivoire

Magnifique photo, au soleil, en Côte d’Ivoire, cheveux au vent (enfin, le vent on le cherchait là-bàs haha!). Mais si on regarde, on voit que je suis penchée vers l’avant, et que pour avoir la hanche et la poitrine ouverte, je devrais remonter ma main au moins au niveau du genou… L’étirement ne sera absolument pas le même. Maintenant je sais quand je veux pratiquer la posture du triangle, je place d’abord mes pieds correctement, et je descends doucement en veillant à toujours bien ouvrir mes hanches et ma poitrine, même si je dois m’arrêter bien avant d’atteindre le sol ! Moins impressionnant, mais tellement agréable pour le corps, un vrai étirement en profondeur.

Mais très vite, j’ai commencé à avoir mal au dos (type sciatique, puis blocage du haut du dos ..), et j’ai dû lever le pieds. En fait j’ai trop voulu forcer en début de semaine pour compenser mon manque de souplesse (je n’avais jamais, de ma vie, réussi à toucher le sol du bout des doigts avec mes jambes tendues, même écartées à hauteur des épaules!), et je n’aurais pas dû… J’ai passé quelques jours à broyer du noir, perdre confiance en mon corps et ses capacités, puis petit à petit, j’ai repris du poil de la bête, j’ai appris à m’écouter et à arrêter de regarder les autres. Et je me suis concentrée sur mes sensations et mes progrès. J’ai vraiment tout recommencé à zéro, en me concentrant sur la justesse de la posture et non sur mon niveau de souplesse. Et j’ai pu réellement découvrir, à partir de ce moment, ce qu’était le yoga. Enfin, ce qu’étaient les asanas, plus précisément, car ce qu’on apprend en formation de professeur, c’est que le yoga : ce n’est pas seulement les postures !!! En France, en occident, on pratique uniquement les asanas, voire parfois un peu de pranayama, mais le yoga (ici hatha) est vraiment une discipline exigeante et complète qui nécessiterait un article entier. Mais en bref, dans la pratique du hatha yoga traditionnel, on retrouve : des techniques de respiration (pranayama), de nettoyage et de purification du corps (shat kryas), de la discipline personnelle et le contrôle de ses émotions et besoins primaire (à l’aide de jeunes et diètes), de la méditation, etc !

professeur de méditation

Neetu Singh, professeur de méditation et philosophie yogi (Elle est également professeur de yoga et Dr en Ayurveda.)

Enfin, la première semaine a pour moi annoncé la couleur de ce mois de formation : un challenge personnel. Tout d’abord, accepter les moments en bas de la vague, accepter de parfois toucher le fond pour mieux remonter. Mais surtout : rester concentré  à 100 % malgré le besoin de lâcher-prise pour les séances de yoga et méditation. Je pense que c’était ça le plus dur, pour moi. A moins d’être extrêmement motivé et de n’avoir pas tellement d’autre choix, je ne conseillerai pas forcément de faire yoga et ayurveda en même temps. Le mieux serait de faire 1 mois 100% yoga, et 1 autre 100% ayurveda. Mais je ne regrette pas, parce que j’ai maintenant les bases de tellement de disciplines passionnantes, à moi d’approfondir ce qui me passionne le plus (nutrition et cuisine ayurvedique par exemple). Voilà comment s’est terminée cette première semaine… Mitigée, mais avec quand même une réelle satisfaction personnelle d’avoir réalisé un rêve. D’avoir effectué le plus dur : avoir eu le courage de venir. Et de se lancer.

taj mahal yog

J’ai tellement écrit que je vais réserver la suite de mes aventures pour un autre article ! Au programme : Cours de nutrition ayurvedique, apprentissage des techniques de soins et massages ayurvediques ainsi que mes promenades et découvertes du dimanche ! Mais pour conclure cet article, je peux vous dire que tout ceci est vraiment mon ressenti personnel. Je pense que c’était différent pour chacun : Certains n’avaient pas de problème à rester concentré pendant les séances de méditation (les chanceux..😑) mais avaient du mal à suivre les cours (en anglais en + !). D’autres n’ont vu aucun challenge aux cours de yoga étant donné leur niveau de souplesse, et d’autres étaient tellement stressés par la charge de travail qu’ils ne sortaient pas le dimanche pour découvrir les alentours. Moi, en tout cas, j’ai bien profité de mes dimanches 😉

❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖❖

♥ J’espère que cet article vous a plu ! Si vous avez vécu une experience similaire, ou que vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à nous contacter en commentaire ou via le formulaire de contact sur le site ♥

 

Sofia A.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    26
    Partages
  • 26
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *